Ouverture d’une nouvelle salle !

Monument d’Union de la Bretagne à la France

Une nouvelle salle est ouverte au public au Musée du Château à Vitré. La Salle Farcy de Saint-Laurent, fermée depuis la fin des années 1960, accueille, aujourd’hui, une exposition permanente de 9 statues de plâtre de grand format, datant du 19e siècle. Elles sont l’œuvre d’artistes de l’école parisienne.

Qui est Farcy de Saint-Laurent ?

François Annibal de Farcy, écuyer, seigneur de Saint-Laurent, du Rocher-Portal et de Kerlo, sert Louis XIII en qualité de Chevau-Léger dans la compagnie du Comte de Blain, puis sous le titre de Gendarme dans celle de monsieur le Duc de la Trémouïlle, sous le commandement du comte de Coligny-Châtillon, Maréchal de France. Il assiste avec ses frères aux sièges de Venloo, Ruremonde et Bois-le-Duc en 1629, de Maastricht en 1632, de Rimbergue en 1633, de la Chapelle, de Landrecies en 1638 et de Hesdin en 1639.
Il en obtient plusieurs certificats, preuves de son courage et de sa fidélité à l’occasion de plusieurs sièges. En récompense de ses services, il obtient le gouvernement de la ville et du château de Vitré.

Zoom sur une œuvre : Le Monument d’Union de la Bretagne à la France d’Emmanuel Dolivet

Le 14 août 1883, le Conseil Municipal de Rennes, présidé par le maire Edgar Le Bastard, souhaite décorer la niche de l’hôtel de ville orpheline d’un groupe en bronze, de Jean-Baptiste Lemoyne, détruit pendant la révolution française. Il est décidé de représenter l’Union de la Bretagne à la France. Trois artistes, dont Emmanuel Dolivet, propose chacun un projet. L’œuvre de l’artiste rennais, également auteur de la maquette du « Monument à Madame de Sévigné » du Jardin du parc, n’est pas retenu au profit du travail de Jean Boucher. Or le projet avait les faveurs du principal mécène, Monsieur Fénigan, propriétaire terrien à Bazouges la Pérouse. Le « Monument d’Union de la Bretagne à la France » prend alors la direction de Vitré. Il est aujourd’hui la seule des trois propositions encore visible. Elle est présentée dans sa niche, offrant ainsi une vision d’ensemble du monument.